08 juillet 2010

A fucking déprime

Pendant des années j’ai glissé mes ongles entre les dents comme ça. J’enfonçais aussi mes ongles sous le coude ou sous le genou, dans les plis, dans les intersections, entre la peau et l’ongle aussi. C’était une période masochiste, et je n’aurais jamais imaginé qu’un jour elle s’arrêterait, que je n’y trouverais plus aucun intérêt. Maintenant comme j’ai les cheveux longs et une grande mèche qui me tombe sur le front, je prends la mèche et je me chatouille le nez avec. Je ne vois pas mon avenir sans cette putain de mèche de cheveux, et pourtant je sais qu’elle sera coupée, et puis recoupée, et qu’un jour j’en aurai marre de l’attendre. D’ailleurs aurais-je encore des cheveux ? Je passerai à autre chose, tout simplement.

 

Ne chercher pas une quelconque parabole là-dedans, il se trouve juste que j’avais tout misé sur l’Allemagne en coupe du Monde et qu’une remise en cause aussi soudaine de mes certitudes m’a fait sombré dans un ennui sans retour bercé par l'immobilisme d’une journée de grande chaleur.  Même les trafics d'enveloppes ne m'intéressent plus. Je tenais, par pure malveillance, à vous faire profiter du naufrage, si toutefois vous êtes assez corniauds pour être arrivé jusque là. J’en attendais peut-être trop de tout ça, de la coupe du monde, de l'Allemagne. En fait ce match, c’était juste une putain de corrida un peu chiante. A un moment donné quelqu’un décide qu’il faut planter un clou dans l’épaule de la bête, et paf elle meurt. C’est ce qu'il s’est produit, en gros. Sur l’échelle de l’ennui télévisuel, il y a la corrida, le match d’hier soir, et juste au dessus un combat de poids lourd en judo. Deux gros balèzes s’attrapent par le col, ils tirent, ils tirent, ils tirent, ils tirent…A un moment il y a un gros qui tombe sans qu'on sache comment, on dit « shapotori »  ou "yatonage" sans savoir pourquoi, et ça repart. Parfois personne ne tombe, et ça dure 5 minutes. L’arbitre décide qui a gagné en faisant trois moulinets avec ses bras, ca marche comme une machine à sous je pense : les trois pommes gagnent contre deux bananes et une cerise. L’affaire entendu, les deux combattants se saluent et repartent. Je ne connais pas plus ésotérique, mais plus ennuyeux, il y a peut-être un grand prix de formule 1, maintenant que vous me le dites.

 

Je pense que c’est le destin de tous les blogueurs de tomber sur un "jour sans". Et bien voilà, c’est celui-là.

Posté par leblogdeplus à 15:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur A fucking déprime

    Une étape de plaine dans le Tour, c'est chiant aussi, faut pas se le cacher. Même quand Thévenet dit chasse-patate toutes les 10 minutes, c'est chiant.
    Tu as eu tort de miser sur l'Allemagne : maintenant qu'il font jouer des pollacks, ils ne pouvaient pas aller au bout.
    Moi j'ai tout mis sur les Pays-Bas. Un peuple aussi ennuyeux dans un pays aussi moche mérite de gagner.
    Bah pour te remonter le moral, tu peux toujours aller t'acheter un album du Chat de Geluck. Non, je déconne...

    Posté par Djembé Man, 08 juillet 2010 à 22:24 | | Répondre
Nouveau commentaire